Le Dessin, c'est mon dada

Le dessin, voilà quelque chose que j'ai pratiqué depuis ma plus tendre enfance, un peu comme tout le monde d'ailleurss.Sauf que contrairement à mes camarades, il semblait que j'avais des prédispositions pour mon âge.

Bien sûr il arrive toujours que les instits se montrent indulgents afin de nous encourager dans une activité ou qu'ils favorisent un enfant qui y met plus d'application. Quoiqu'il en soit, mes gribouillis semblaient être lisibles à leurs yeux et mêmes plus représentatifs que ce qu'ils aurait dessiné. Tout fier de ces compliments que l'ont m'a fait, c'était peut-être l'événement déclencheur de ma passion.

Pourtant avec le recul, je vois bien que ce que je faisais n'était pas exceptionnel pour mon âge. Les bonhommes c'étaient des têtes rondes sur des corps carrés, les maisons c'étaient des toits en triangle et des fenêtres avec une croix, rien de bien surprenants , nous dessinions tous les mêmes visions que l'on avait de la vie. Cet environnement simple quotidien de la famille, l'école, la ville que l'on retrouvait dans tous nos livres d'instruction. Point de goûts particuliers, d'univers de science-fiction, c'est pour cela que j'ai dû me démarqué par mes dessins de dinosaures. Et oui car dès la maternelle j'aimais bien lire les livres de la bibliothèque sur ces fameuses créatures de la Préhistoire. Si mon grand frère ne s'était pas interssé aux dinosaures avant moi, je n'aurais peut-être pas pu développer mes capacités à dessiner car c'est bel et bien dans cet univers fantastique que j'ai trouvé mes premières inspirations...
A cette époque, j'avais mon style, celui de dessiner ce que je vois à ma manière et sur chaque dessin. Il n'y avait pas qu'une seule manière de dessiner des dinosaures. chaque livre les représentait légèrement différent même si la forme générale était la même mais ça laissait libre cours à certaines fantaisies de détails.

Plus tard, en m'intéressant d'avantage aux Bandes-dessinées, j'ai voulu refaire les mêmes personnages qui me plaisaient. C'est alors que j'ai commencé à décalquer, un peu comme au niveau zéro puis après plusieurs essais, je suis passé au recopiage. Dans ces cas-là on oublie un peu son inspiration et on n'est satisfait du résultat que lorsqu'il ressemble comme deux gouttes d'eau au modèle. C'est quand même un très bon exercice pour améliorer son maniement du crayon. Savoir reproduire tous les style de dessins, c'est s'adapter à ce que l'on voit, à ce que l'image transmet comme impression. Avant de pouvoir réellement trouver mon propre style, je reprenais indépendemment chacun de ceux que je connaissais en fonction de ce que je voulais représenter.

Depuis les Tortues Ninja sont passés par là, Tintin et pas mal de BD européennes avant que je ne tombe accro pendant une bonne période à Dragonball Z. Je dois dire que j'ai eu du mal à ma détacher de ce sytle manga. Lorsque j'essayais de dessiner d'autres personnages, on retrouvait toujours des traits typiques à Dragonball Z, les muscles toujours saillants et les fameux plis de leurs pantalons. Je voulais me détacher de cette référence, il me fallait d'autres inspirations.

C'est la série des Lanfeust de Troy, que j'ai découvert en 2nde qui m'a permis de concilier BD et Médieval-Fantastic. Ce graphisme moins manga m'a rapproché des comics et m'a montré une sorte d'ambiance dans laquelle je pourrais illustrer avec un peu plus réalisme cet univers que j'aimais. Plus fidèle aux Dongeons & Dragons que des Final Fantasy, cela collait plus avec les jeux PC de mon enfance même si je commencait peu à peu à aimer la science-fiction. Je parle bien de science-fiction futuriste et pas de rétro-futurisme comme la plupart des FF. Je ne suis pourtant toujours pas doué pour dessiner des robots ou tous ce qui est mécanique mais le jeu Starcraft m'a vraiment donné de l'intérêt pour ces mondes (puis Gunnm et Ghost in the Shell). Certains s'y sont mis plus tôt grâce à Starwars ou Star Trek...




2010-2017 Design by Phirmost™